5 principales raisons pour lesquelles l’appropriation culturelle est mal vue

Avec cette nouvelle tendance de police des mœurs, les réseaux sociaux sont un bon moyen d’apprendre un tas de choses sur ce qu’il faut faire et ce qu’il ne faut pas. Et c’est peut-être grâce à Twitter ou Facebook, au cœur d’un scandale que vous avez entendu parler d’appropriation culturelle pour la première fois. Qu’est-ce que c’est, l’appropriation culturelle? Et pourquoi est-ce si mal vu?

 

Qu’est-ce que l’appropriation culturelle?

On parle d’appropriation culturelle lorsqu’une culture dite dominante emprunte les aspects de la culture d’un autre groupe dit dominé en les sortant de leur contexte pour son propre intérêt.

C’est la définition la plus basique, la plus simple.

Mais pour aller plus loin et pour ne surtout pas confondre avec l’échange culturelle, l’appropriation culturelle sous-entend une dynamique de pouvoir. Amandla Stenberg, actrice et activiste disait à ce propos:

citations de Amandla Stenberg sur l'appropriation culturelle


que serait l’Amérique si nous aimions les Noirs comme nous aimons la culture noire?

La culture dominante, en l’occurrence l’Occident adopte des aspects de la culture d’un peuple qu’ils exploitent et/ou qu’ils n’aiment.

Exemples d’appropriation culturelle

5 principales raisons pour lesquelles l'appropriation culturelle est mal vue

Kylie Jenner et Kendall Jenner qui font des tresses

La collection Wax de Stella Mc Cartney

Rihanna en couverture de Vogue Arabia travestie en reine égyptienne

Chanel qui sort un boomerang aborigène

Katy Perry en geisha mais qui confond toutes les cultures asiatiques dans sa performance

Jean-Paul Gautier qui sort des lunettes inspirées des tatouages maohis

Victoria Secret qui fait défiler ses mannequins avec la coiffe des chefs amérindiens

Selena Gomez qui porte un Bindi

Lady Gaga en dreadlocks

McDonald’s qui vend des kebabs

Miley Cyrus qui twerk

Et bien d’autres…

 

10 raisons pour lesquelles l’appropriation culturelle est mal vue

L’appropriation culturelle accentue les stéréotypes

L'appropriation culturelle accentue les stéréotypes

Quand l’appropriateur emprunte la culture, il ne le fait dans les règles de l’art. Il emprunte surtout les stéréotypes qui vont avec. Pour mieux vous faire comprendre, prenons pour exemple le spectacle de Katy Perry. Elle voulait rendre hommage à la culture japonaise pour sa performance de « Unconditionnally ». Mais tout ce qu’elle a fait, c’est accentuer le stéréotype sur les asiatiques en chantant l’amour éternel mais en jouant l’image d’un objet sexuel passif et soumis d’une femme asiatique. Alors que les asiatiques souffrent de harcèlement sexuel, de rencontres qui tournent au vinaigre à cause de cette image de femme passive et soumise qu’on leur donne. 

 

L’appropriation culturelle banalise la violence historique

Quand « l’appropriateur » emprunte un aspect de la culture d’un autre peuple, généralement cela se fait sans comprendre réellement ce que cela implique ou représente. Mais surtout ça banalise l’histoire derrière ce fait. Prenons par exemple, la créatrice Dorit Baror qui crée des tenues sexy à partir de tissu keffieh. Le Keffieh qui est un symbole de la résistance palestinienne.

Un autre exemple expliqué par Everyday Feminismsi vous pensez à la vraie histoire de Pocahontas, que votre fille fasse semblant d’être elle à l’Halloween est assez dérangeant.

5 principales raisons pour lesquelles l'appropriation culturelle est mal vue: l'appropriation culturelle banalise les violences historiques

La vraie Pocahontas, dont le prénom était Matoaka, a été enlevée à l’adolescence, forcée d’épouser un Anglais (pas John Smith, en passant), et utilisée comme propagande pour des pratiques racistes avant de mourir à l’âge de 21 ans.

Est-ce que la vérité compte, quand il s’agit d’une petite fille qui essaie juste de profiter de ses vacances? Vous pourriez le penser si elle voulait s’habiller comme quelqu’un dont la vérité tragique est plus familier, comme Anne Frank. Ce sont deux filles avec des histoires poignantes. Mais beaucoup d’entre nous croient que banaliser la vie d’Anne Frank est de très mauvais goût.

Pouvez-vous imaginer le tollé si Disney essayait de romancer son journal en l’élevant dans une jeune femme avec une histoire d’amour avec un officier nazi et une fin heureuse? Maintenant, imaginez si ce film de Disney était la principale référence de la culture dominante pour l’Holocauste. Et si elle était vendue aux Allemands, on leur aurait dit que les personnages historiques qui opprimaient le peuple juif étaient les héros de leur pays. Creepy, n’est-ce pas?

Comment tant d’entre nous peuvent-ils être si tranquilles par les histoires de certaines victimes que nous pouvons les transformer en costumes? Cela montre le privilège – et un énorme échec de notre système éducatif. Nous ne devrions pas rejeter l’injustice pour agir sur ce privilège.

 

L’appropriation culturelle adopte la culture d’un peuple qui continue à être stigmatisé

 

Comment peut-on aimer la culture d’un peuple qu’on aime pas ou qu’on exploite? Mais le hic ici, c’est que quand des Blancs portent des dreadlocks, c’est classe. Mais quand les Noirs le font, c’est sale ou ça veut dire que c’est un « thug ». Plusieurs Noirs ont des problèmes pour avoir un job parce qu’ils sont jugés sur leur apparence « trop ethnique ». Voilà pourquoi l’appropriation culturelle est mal vue.

L’appropriation culturelle permet à certaines personnes d’être récompensées pour des choses dont les créateurs n’ont jamais eu de crédit

5 principales raisons pour lesquelles l'appropriation culturelle est mal vue

Le rock and roll a été inventé par des musiciens afro-américains. C’est clair, c’est net. Mais à cette époque, tout le monde n’était pas prêt à dire que c’était une création « Noire ». Et c’est là qu’est apparu Elvis Presley. Bon timing hein. Bien que lui n’est jamais affirmé avoir inventé le rock and roll, dans l’esprit de beaucoup de personnes, le Rock and Roll n’est pas une musique afro-américaine.

L’appropriation culturelle, c’est du profit au détriment du peuple dont on s’approprie les éléments

5 principales raisons pour lesquelles l'appropriation culturelle est mal vue

L’appropriation culturelle, c’est surtout un business.Les entreprises ou marques, quand elles s’approprient les éléments d’une culture gagnent de l’argent grâce à cela. Mais rien n’est reversée à la culture « appropriée ». Prenons l’exemple du boomerang aborigène Chanel qui coûte 2000$. Soit 10% du revenu moyen d’un australien. Et surtout sachant que près de 3 millions d’australiens vivent dans la pauvreté. Ce qui aurait été mieux, ça aurait été de faire comme Hermès qui a collaboré avec des indiens locaux sur sa collection de saris indiens. Comme ça, les deux groupes y gagnent.

 

Pour amener le débat à un autre niveau

Au vu de tous ces arguments, il est facile de dire que l’appropriation culturelle est une mauvaise pratique. Et c’est vrai que sous certains angles, ça l’est. Mais condamner ces actes, n’est-ce pas là la meilleure manière de creuser des fossés entre peuples en disant ceci est chinois, ceci est français, ceci est ivoirien?

commentaires

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s