Plus nombreux pour plus d’impact

Jeunes africains, avenir de l'Afrique
Source: Fondation Mo Ibrahim
Selon le rapport de l’ONU ≪ World Population Prospects, the 2015 Revision: Probabilistic Projections ≫, d’ici 2050, les jeunes en Afrique seront 10 fois plus nombreux que les jeunes dans l’Union Européenne. Bientôt, nous serons plus nombreux (1,4 milliard) que dans tous les pays du G20 réunis (1,3 milliard). Menace ou opportunité ?
 
La population du continent africain devrait atteindre au moins 2,5 milliards d’habitants d’ici à 2050, dont la moitié seront des jeunes de moins de 25 ans. Plus de personnes, c’est également moins de places, moins d’opportunités pour chacun. Par ailleurs, selon les mêmes prévisions, le taux de chômage augmenterait. Ce sont 41,4 millions de personnes qui se retrouveraient au chômage en 2022. Ces personnes seront par conséquent plus exposées à l’extrême pauvreté et aux affres du réchauffement climatique. 
 
Jeunesse africaine formée pour répondre aux préoccupations
Source: RFI Afrique
Toutefois, cette croissance démographique peut s’avérer être le tremplin dont l’Afrique avait besoin. Nous serons plus nombreux et, bien organisés, bien éduqués, nous pourrons produire 10 fois plus d’impact. Nous pourrons lutter contre la mauvaise gouvernance qui gangrène nos sociétés, contre la corruption. La Révolution Française a eu une telle ampleur parce que le tiers état était beaucoup plus important que les classes au-dessus. Ils étaient nombreux et en avaient marre de cette pauvreté grandissante. De même, nous serons plus nombreux pour améliorer l’Afrique de la manière la plus intelligente, la plus subtile et la plus profonde possible.
 
Enfin, cette démographie impressionnante de l’Afrique peut être une opportunité ou une menace. Quoi qu’il en soit, elle est avant tout un défi. Un défi pour nos dirigeants africains mais également pour chacun de nous, acteurs du changement. En 2017, nos dirigeants mettent un point d’honneur à trouver une solution pour relever ce défi. Le sommet de l’Union africaine les 3 et 4 juillet à Addis-Abeba, en Éthiopie, sera axé sur la capacité de l’Afrique à faire preuve de leadership en investissant dans sa jeunesse pour réaliser un dividende démographique. De même, le sommet UE-Afrique, le 28 et 29 novembre à Abidjan, en Côte d’Ivoire, se concentrera sur la jeunesse africaine. Ce qu’on sait de ces sommets, c’est que les dirigeants vont parler. Mais l’action est une autre phase et c’est la moins sûre. Tout de même, ne soyons pas pessimistes. Ce que je veux faire remarquer, c’est que c’est à chacun de nous de s’approprier le défi, le problème. Chacun peut faire sa part. 
Source: Libération
 
 

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

w

Connexion à %s