Le panafricanisme aujourd’hui

 

Les États-Unis d’Afrique

 

I have a dream today.

 

Quand Martin Luther prononçait son discours devant des milliers de militants et de journalistes, la possibilité que son rêve se réalise était faible. Ce devait être absurde en ce temps de penser qu’un jour, le racisme ne serait plus qu’une idéologie. Aujourd’hui, nous pouvons observer des mariages interraciaux très couramment.

Femme blanche et homme noir mariés

Ou comme le Docteur King le rêvait, nous pouvons voir des petites filles Noires marcher main dans la main avec des petites filles Blanches. Et bien, le panafricanisme est un autre de ses rêves. C’est un rêve partagé par tous les Noirs (enfin, je pense. Je n’ai pas de statistiques). Le rêve de voir s’élever une communauté africaine forte et unie. Aujourd’hui, en 2017, la question de savoir où en est le panafricanisme est cruciale. D’autant plus que la notion de la mondialisation semble être en vogue.

Le panafricanisme aujourd’hui au niveau politique

Une cinquantaine d’années auparavant, ce sont des dizaines de pays africains qui obtenaient leur indépendance. Forts de cette nouvelle victoire et tout excités par ces nouvelles perspectives d’avenir, les dirigeants se sont fixés pour objectif de se libérer totalement du colonialisme économique. Aujourd’hui, qu’en est-il ? Il est possible de compter sur les doigts d’une main les pays dont les politiques publiques ne sont pas imposées par l’extérieur. Après plus de 50 ans, le résultat n’est pas reluisant. Peut-on pour autant imputer ce retard aux dirigeants africains ? Bien sûr, s’ils avaient mieux géré l’économie, les plans d’ajustement structurel (le meilleur moyen de mettre sa bouche dans pays des gens) n’auraient jamais vu le jour. Cependant, on peut leur trouver une situation atténuante : les Républiques étaient à peine âgées de dix ans pour la plupart. On va dire qu’ils étaient novices. Mais maintenant, c’est beaucoup plus difficile. Surtout pour les pays de la zone franc dont la monnaie est un véritable boulet. Le rêve de voir l’Afrique libre de toute contrainte politique et économique, unie et forte semble être aussi flou que l’idée de l’abolition de l’esclavage au temps de la traite négrière. Toutefois, il y a toujours des raisons de croire. Soyons afro-optimistes. 

Le panafricanisme aujourd’hui porté par le peuple

 

 

Cependant, nous avons trop tendance à noircir le tableau. Il y a encore de l’espoir. Plusieurs groupes de lutte pour cette idéologie ont vu et continuent à voir le jour. L’on peut citer pêle-mêle Urgences Panafricanistes, Afrocentricity International et plus récemment, Africans Risings. Leurs actions ne sont pas négligeables. Ils parviennent à informer, éduquer et surtout faire agir.
En conclusion, même si la volonté politique au niveau des dirigeants africains n’y est pas, la population, elle, se mobilise pour ce en quoi elle croit. De nombreuses batailles devront être menées pour voir le rêve de Marcus Garvey, Kwame Nkrmah, Frantz Fanon, Cheick Anta Diop, Malcolm X se réaliser mais ça n’en fait un idéal impossible à atteindre. Vu notre passé, il est ridicule de penser qu’il ait une guerre que nous ne puissions gagner. Je n’ai pas l’habitude d’associer Noir, Africain et Impossible. Et il y a de quoi.
Surtout n’hésitez pas à laisser un commentaire pour enrichir l’article et discuter ensemble des perspectives d’avenir du panafricanisme.

 

commentaires

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

w

Connexion à %s