Kwanzaa: Le Noël noir

Les anciens se souviennent certainement de cet épisode de la sitcom américaine tout le monde déteste Chris intitulé « Tout le monde déteste Kwanzaa ». Le père de famille, Julius, a un grand défaut : il est avare. Julius, pour échapper à toutes les charges qui surviennent lors des fêtes de fin d’année a préféré célébrer Kwanzaa plutôt que Noël.
Euh…c’est quoi Kwanzaa déjà ? Comment cette fête est-elle née ? Pourquoi est-il préférable de fêter Kwanzaa plutôt que Noël ?

Kwanzaa qui vient de l’expression en swahili « matunda ya kwanza » signifie « premiers fruits ». Cette fête qui dure une semaine en partant du 26 Décembre au 01 Janvier, a été créée en 1966 par l’activiste afro-américain Maulana Ron Karenga. Elle s’inscrit dans la dynamique du mouvement panafricain et a pour but de réaffirmer les liens entre les afro-américains et l’Afrique. Cette célébration des récoltes est aussi née d’un refus de phagocytose de la culture noire par la culture blanche. Après tout, le père Noël est blanc et les cheminées en Afrique, on peut les compter.
Toutefois, il est important de noter que Kwanzaa n’est pas une fête religieuse. Elle n’a aucun rapport avec la naissance de Jésus. C’est surtout une célébration à caractère culturelle. Le symbole principal de Kwanzaa n’est pas une crèche, mais un chandelier à sept branches. Le premier soir, les familles allument la bougie noire. Le lendemain, la rouge, puis la verte, et ainsi de suite pendant sept jours. Noir, vert, rouge : les couleurs du nationalisme panafricain. Elle se base sur sept principes fondamentaux : l’unité (Umoja) ; l’autodétermination (Kujichagulia) – chacun est maître de son destin ; le travail collectif et la responsabilité (Ujima) – mettre les ressources en commun ; la coopération économique (Ujamaa) – faire profiter la collectivité tout entière ; le but (Nia) – chacun doit découvrir quelle est sa mission dans la vie, si possible utile à la collectivité ; la créativité (Kuumba) et la foi (Imani), foi en soi, en la famille et la justesse de la cause…

Outre le kinara (le bougeoir à sept branches), les autres symboles de Kwanzaa sont la coupe de l’Unité (Kikombe cha Umoja) ; l’épi de maïs (Muhindi), le drapeau (Bendera) et les présents (Zawadi). Ces derniers ne sont remis que le 01 Janvier et pour échapper à tout le toutim commercial, ils sont faits maison. Seuls les livres peuvent être achetés.
A présent, vous comprenez mieux pourquoi Julius adore Kwanzaa. C’est l’une des plus grandes célébrations instituées par la communauté afro-américaine. Elle rassemble plusieurs millions d’adeptes. Ce serait bien que nous, africains, nous apprenions à nous impliquer dans les affaires qui touchent les afro-américains. Nous venons tous de cette « Ethiopie ». En tout cas, moi je fête Kwanzaa cette année. Ne soyez donc pas surpris de me voir en boubou à partir du 26 Décembre. Et vous, vous vous y mettez ?

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s