Retour dans le passé

A l’occasion du jeu-concours Voix des Jeunes, j’ai eu la chance de visiter la belle ville de Grand-Bassam en Côte d’Ivoire. 
Cette ancienne ville coloniale m’a fait remonter le temps jusqu’à l’ère de la domination des Blancs. 
Ce fut très enrichissant et très inspirant.
 
 

 

Je fus surtout surprise par le nombre de choses que j’ignorais sur ma propre culture. En effet, j’ai toujours été orientée vers la culture occidentale.
 Mon éducation était à soixante-dix pour cent occidentale et à vingt-cinq pour cent afro-américaine. Juste vous dire que je n’étais pas très imprégnée dans les traditions, rites et histoire de la société africaine.
Grand-Bassam fut donc une très belle expérience.
Avec mes amis, mes leaders VDJ, nous avons parcouru l’ancienne capitale.
En passant par la stèle commémorative de Treich-Lapleine à l’ancienne maison du Gouverneur, je fus frappée par le contraste entre les années 1800 à 2016. Toutes ces femmes qui ont marché pour libérer leurs hommes et par la même occasion le pays.
Aujourd’hui, nous faisons ce que nous voulons dans une certaine mesure grâce aux sacrifices de ces personnes.
Grand-Bassam fut un renouement avec mes origines. Nous sommes que trop nombreux à oublier que nous sommes africains et noirs.
Nous laissons la culture des autres phagocyter la nôtre. Mais à l’instar des japonais et chinois qui continuent à plonger la tête dans leurs traditions, c’est seulement à cette condition que nous pouvons espérer un développement économique et social.
Faire montre de sa grande identité culturelle, c’est mettre en évidence sa maturité.
Regardez les histoires des grandes révolutions et changements, c’est seulement lorsqu’ils ont compris qu’affirmer sa personnalité est un facteur déterminant de réussite qu’ils entreprirent toutes ces actions.
Comme on dit, si tu ne sais qui tu es, tu ne peux savoir où tu vas mais surtout quelle  est la voie la mieux adaptée pour toi. Pas étonnant donc qu’on soit encore un peu à la traîne.

Toutefois, il y a quelque chose en quoi je crois fortement.
 C’est au potentiel de cette jeunesse africaine.
Nous pouvons encore changer les choses et ça commence maintenant. Soit par une visite touristique à Grand-Bassam, soit par la lecture et la recherche de ses origines.
Tout est encore possible.
J’espère que cette journée vous permettra de faire une réelle introspection et de trouver votre inspiration dans l’histoire de ses grands leaders noirs.
Votre bloggeuse, Miss Africa

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s